Capteur #241

Avis d’expositions photo à Auch, à Toulouse et une photographe catalane pour un sujet flamenco. Et pour finir, une initiative qui me plaît bien !

Photo noir et blanc d'un large escalier extérieur en pierre (en bord de Garonne) et une rampe en acier inoxydable.
zig zag – cc by-sa manu’pintor – avr.14

Une expo qui nous fera voyager au Cambodge en passant par… Auch, plus précisément à Ciné32.
Jacques Sierpinski y expose Angkor. Encore ?
Oui, on n’avait pu voir ses œuvres au musée Georges Labit à Toulouse il y a quelques temps.

Affiche de l'exposition Angkor de J.Sierpinski à Cine32 en février 2024 avec le soutien de l'association Bruit d'Couloir

Le Cambodge de Jacques Sierpinski a des allures de Recherche du Temps Perdu écrit Bérénice Geoffroy-Schneiter sur son site. Moi je dis qu’on perd jamais son temps avec lui ! 😉

Je regrette sincèrement de ne pouvoir être au vernissage le 16 février à partir de 18h15. Allez y quoi.

À Toulouse, du 1er février au 2 mars 2024, dans trois lieux, c’est à dire les deux galeries d’Ombres Blanches, rue Mirepoix et Le Confort des Étranges, 33 rue des Polinaires, une exposition de Richard Nieto baptisée PANDEMONIUM.

Photo couleur de Richard Nieto pour son exposition Pandemonium à Toulouse du 1er février au 2 mars 2024

Je regardais dernièrement sur Arte l’excellent documentaire La Singla – Prodige du flamenco de Paloma Zapata, à voir absolument pour qui aime la musique, a fortiori le flamenco.

Une histoire étonnante, émouvante et très intense comme le flamenco, avec une iconographie qui a bien sûr retenue mon attention puisque non seulement le documentaire nous montre des films d’archive, mais aussi bien sûr beaucoup, mais vraiment beaucoup de photos.

Au point même qu’une photographe, qui a eu la chance de connaître et photographier La Singla, Isabel Steva Hernández aka Colita, est interviewée pour nous raconter de si belles choses sur cette aventure extraordinaire, et je pèse mes mots.

Capture d'écran du site Web de Colita (https://colitafotografia.com/imagenes/gitanos/)

Je me suis donc précipité sur le site de Colita, je vous le recommande bien ! Vous me direz.

En voilà une initiative qui me plaît !

Aux antipodes de l’emmerdification du Web par les GAFAM et leurs compères nauséabonds, je suis aux anges quand je vois surgir ici ou là des initiatives participatives qui en prennent le contre-pied. Comme par exemple cette initiative pour localiser des boîtes à lire, ou cette autre pour aider à la synthèse vocale par Mozilla. Mais là on s’écarte un peu du sujet photographique, mais l’idée est la même : participer à construire un autre monde numérique.

Alors pour y revenir, voici panoramax, l’alternative libre pour photo-cartographier les territoires.

Késseucécetrukencore !?

En version très courte : une alternative à gogole street view.
Alors bien sûr, pour qui croit encore que le mail c’est gmail, le web c’est gogole, et la cartographie c’est gogole maps ou street view, on part de loin ! 🙂
La route est longue mais la voie est libre !

Non, on ne vit pas à l’ère du soviétisme où aucun choix n’est laissé au peuple prié de se conformer à la pensée numérique unique (je renvoie à l’article pré-cité), il appartient à chacun⋅e de s’informer et de s’émanciper.

Bref ! Panoramax c’est un truc auquel contribuent non seulement de grosses structures et communautés comme des collectivités, des contributeurs OpenStreetMap, l’IGN, des services publics et… toi pourquoi pas pour fournir des photos de terrain localisées pour permettre de s’affranchir de l’ogre gogole, là aussi.

Loading spinner

1 commentaire sur “Capteur #241

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal