Capteur #210

Lecture : 12 min

Avec mes meilleurs vœux de nouvelle année, quelques photos, un peu de réflexion sur l’IA en photo, une émission de radio, des photographes et la fin des quiz ciné/photo.

Photo noir et blanc de la plage des Aresquiers à Frontignan (Hérault) prise en contre jour avec des gens qui se baladent au mois de décembre.
Aresquiers d’hiver – cc by-sa manu’pintor – déc.22

Au bord du canal du Rhône à Sète et de l’étang d’Ingril, à quelques centaines de mètres de l’immense plage sauvage des Aresquiers, sur la commune de Frontignan dans l’Hérault, se trouve un hameau souvent dans la tourmente. Pourtant il existe depuis belle lurette et ne dérange personne, sauf les grincheux ça va de soi (aurait pu chanter Brassens).

Bref, l’État qui demandait que les maisons du hameau soit rasées par leurs habitants a été débouté en août 2021. Est-ce que pour autant ce petit coin de paix est sauvé, à suivre… plutôt tard que tôt.

Pas facile de se faire une idée de ce que l’IA en photographie (et vidéo) va engendrer à moyen terme. Comme pour toutes les “avancées technologiques” dans l’Histoire, bien malin⋅es celles et ceux qui auraient annoncé la plupart des effets qu’elles finirent par induire, pas toujours positifs.

S’il semble impossible d’imaginer qu’on y coupe, on peut tout de même tenter de se poser maintenant quelques questions, tant qu’on n’est pas encore submergé⋅es d’images totalement ou partiellement générées par IA, sans même le savoir.

L’IA, une nécessité pour les entreprises et les états qui entendent avoir un contrôle maximal sur leurs troupeaux, est à un stade de développement qui dépasse déjà l’entendement, y compris pour la plupart des informaticiens (dont je suis). Cela reste un début, cependant les applications explosent déjà, sans que les parties prenantes (concepteurs, diffuseurs, utilisateurs, régulateurs, etc) n’y voient que leurs intérêts à court terme. Évidemment.

À l’œil de l’info, sous la plume de Gilles Courtinat, consacre un dossier très argumenté en 7 volets sur la question de l’Intelligence Artificielle et la photographie. Très intéressant, à lire bien sûr. Et jusqu’au 7ème qui vaut son pesant de cacahuètes…

Entre image produites par IA et réseaux sociaux dans lesquels des personnes réelles, au milieu de robots eux-mêmes produits de l’IA, sont tous dressés à réagir impulsivement aux flux que l’IA de ces réseaux sociaux leur distille en continu pour les maintenir accros, je crains que les choses n’aillent pas vraiment en s’améliorant… 🙄

Si j’avais des ambitions, notamment professionnelles, dans l’image au sens large (illustrateur, dessinateur, photographe, etc), ce qui n’est pas le cas, je crois que je commencerais rapidement une reconversion.
Et par ailleurs, je me demande combien de temps passera avant d’entendre parler d’expos d'”œuvres” réalisées par IA…

Photographie générée intégralement par Intelligence Artificielle
Cette personne n’a jamais existé © thispersondoesnotexist.com

Heureusement, il reste encore des photographes qui font des photographies… dont on ne manquera pas d’exiger d’ici peu des preuves d’authenticité, dès lors que le doute sera de mise, merci IA !

J’ai écouté dernièrement ce podcast France Inter – Vincent Munier : “Dans cette passion, rien n’est certain et c’est magique.”

Vincent Munier, cet excellent photographe animalier à qui on doit parmi les plus belles photos de loups, de panthère des neiges, tétras, et j’en passe.

Aaron Siskind est un photographe américain du XXème siècle. On connaît de lui des travaux expressionnistes abstraits, mais il a aussi beaucoup travaillé dans la rue, à New York et ailleurs.

Photo noir et blanc présentant un commerçant noir américain devant la devanture de sa boutique à New York.

Aaron Siskind Grocery Store 1940

Une photo qui renvoie quelques années plus tôt aux Devantures – Flâner à travers la belle époques diffusé par Arte.

Normal Seeff est sud-africain, mais sa carrière de photographe est américaine, et on peut dire qu’il s’est concentré sur les stars de son époque, les années 70 et 80. Et c’est beau, en noir et blanc et en couleur.

Photo noir et blanc du musicien américain Ray Charles éclatant de rire avec, en reflet dans ses lunettes d'aveugle, les touches blanches et noires du clavier de son piano.
Ray Charles – Los Angeles 1985 © Norman Seeff

Pentax not dead! Enfin pas complètement.

Parce que si en photo numérique, à part quelques fidèles (et sans doute un des meilleurs rapport qualité/prix du marché), ça sent un peu le sapin pour la marque qui inventa le prisme de la visée reflex, voilà que Pentax reviendrait à des boîtiers argentiques ?

Pas de précisions pour le moment, ni sur ce qu’on verra apparaître, ni quand. Mais pourquoi pas ? Est-ce que ça sera une niche ? Est-ce que l’argentique est à la photographie ce que le vinyle est à l’enregistrement musical ? Est-ce qu’en réaction d’une artificialisation prétendument intelligente de la photo, certain⋅es reviennent au film ? 🙂

Va savoir.

Mais bon, j’ai beau toujours avoir mon tant aimé Nikon FE, avec même une pellicule HP5 dedans depuis… 20 ans ?, je peine à la finir, avec peut-être une photo ou deux par an… J’ai perdu le… réflexe.

Par contre, j’ai toujours un Pentax K3 II à vendre avec un bon cailloux Sigma 17-50 2.8 dessus, si y’a des amateur⋅rices, c’est la gamme semi-pro de la marque.

La Victime (1961) de Basil Dearden avec Dirk Bogarde, Dennis Price et Sylvia Syms clôture donc les quiz ciné/photo.

Un film dont Wikipedia nous dit : “La Victime reste donc un important document sociologique : le film aurait joué un rôle déterminant dans la libéralisation des mentalités et de la loi britannique.” car en ce début des années 60 il adresse la condition des homosexuels dans ce pays puritain qui condamnait de la peine de mort les liaisons homosexuelles jusqu’en 1836, puis de prison jusqu’en 67…

Et donc oui, finis les quiz ciné/photo qui, à part deux ou trois lecteur⋅rices ici —merci à elles/eux !—, n’amusaient que moi apparemment. J’avoue que quand j’ai commencé ces quiz dans le capteur #3, je me disais qu’il me serait bien difficile de trouver plus d’une dizaine de films dans lesquels figure une scène présentant l’acte photographique, sinon quelque chose étroitement lié à la photographie.

C’était sans doute parce que je ne les voyais jusqu’alors pas, comme tout le monde, et qu’avec ces quiz ciné/photo mon œil s’est entraîné à les repérer. Je sais que je ne suis pas le seul, d’ailleurs… 😉

Bye bye donc les quiz ciné/photo, mais est-ce que ça veut dire qu’on en restera là ?
J’ai bien pensé à un quiz photo tout court : une photo dont il faut trouver l’auteur. Mais bon, un coup de TinEye et le tour est joué, trop facile !

Des idées ?

4 commentaires sur “Capteur #210

  1. Sabine C says:

    Bonne Année Manu !!!
    Un quizz paysage et nature d’une région, d’un département français ?
    Un quizz constellation d’étoiles…
    Des bises 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal