Capteur #209

Lecture : 7 min

Télé, ou plutôt replay pour ce nouveau capteur, et encore un photographe pas très connu, Irlandais d’origine celui-là, et un quiz puisque le précédent est difficile.

Sinon pour l’image à la une, je ne suis pas sûr de renvoyer un nouveau capteur d’ici Noël, alors bon, celui-là me semble à propos.

Photo en couleur présentant la porte d'un relais électrique haut tension dans la rue, nommé "pêcheurs" et sur laquelle est écrit danger de mort et en dessous, un collage d'une figurine biblique d'un ange tenant un livre sur lequel on lit "in arcadia"
tremblez, pêcheurs – cc by-sa manu’pintor – Sète nov.22

Je fais souvent référence ici à Arte.tv, notamment pour ces plus ou moins courts documentaires sur la photographie, presque toujours instructifs sinon passionnants.

Cette fois-ci, la série en 4 épisodes qui a retenue mon attention et que j’ai eu un grand plaisir de suivre est Le monde et sa propriété. Presque 4 heures d’entretiens de…

Gérard Mordillat et Christophe Clerc avec 14 chercheuses et chercheurs de différents pays et cultures sur la notion de propriété. D’où vient-elle ? Comment s’applique-t-elle aujourd’hui aux questions du corps, de l’intelligence, de la nature ?

Les deux premiers épisodes nous révèlent déjà pas mal de choses franchement très intéressantes sur la notion de propriété dans l’histoire des peuples, puis le concept de propriété sur les corps, le nôtre, ceux d’autres…
Et ça décolle (pour moi) à partir du 3ème épisode qui évoque un domaine qui touche à notre créativité, sinon art (encore que bon, je ne suis pas de ceux qui revendiquent ça pour leurs œuvres) : la propriété intellectuelle

Piece of cake, comme disent les britiches.

Très intéressant parce qu’à peu près tout y passe, avec des propos intelligents, factuels, argumentés. À voir !

Copie d'écran d'Arte.tv montrant les vignettes de la série "Le monde et sa propriété" en 4 épisodes de près d'une heure chaque.

Comme dit l’autre : alors installe-toi confortablement, attrape un truc à siroter et fais toi plaisir.

Tom Wood, Photie Man comme l’on surnommé ces concitoyens, est un photographe irlandais, du comté de Mayo dans le nord ouest de la république dont je garde un excellent souvenir d’un périple il y a quelques années, par exemple à Mulranny.

Je le découvre et je lis aussi qu’il est plutôt méconnu, bien que représenté par l’Open Eye Gallery à Liverpool (GB) et la galerie Sit Down à Paris.

Et comme toujours, j’ai plaisir à découvrir un photographe si talentueux.

© Tom Wood – série photie man

Il y a aussi un livre (c’est les fêtes !), Snatch out of time, apparemment pas facile à trouver puisqu’il est édité au… Japon.

Cette fois encore, le quiz du #208 est resté lettre morte.

C’était donc After Yang (2021) de Kogonada avec Colin Farrell, Jodie Turner-Smith, etc.
Un film de SF plutôt intimiste qui se passe dans un futur proche, alors que, ça y est, on peut avoir chez soi un androïde domestique sous forme humaine qui est considéré comme une nounou. Sauf que là, Yang claque subitement (damned!) et on s’aperçoit que ça crée un sacré vide. Ou pas.

On pense un peu, dans une version énormément plus soft, ça va sans dire, à Blade Runner. Ici pas de réplicant à décalquer, pas de violence, tout le contraire. Tout est en douceur, sentiments, nostalgie.

Avec ce nouveau quiz, on change encore une fois carrément de registre, d’époque, enfin tout.

Photo extraite du film qui constitue le quiz ciné photo.

Et pour faire écho à mon propos au début de ce capteur, une “petite musique de Noël”. 😆

Christmas le 7ème morceau de l’album Tommy du groupe anglais The Who, sorti en 1969.

Yeah!

Jaquette de l'album Tommy de The Who (1969).

5 commentaires sur “Capteur #209

    1. manu' says:

      Nope! Nice try…

      Les dates ne concordent pas, je vois que Jeff Chandler est décédé l’année de réalisation du film, anglais pour l’indice et avec THE british actor de ces années.

      Répondre
  1. Sabine C says:

    … à moins que j’ai traversé l’Atlantique plutôt que la Manche avec ma réponse 😉

    Répondre
  2. manu' says:

    Ah ça va être difficile par ce biais, parce que les acteurs anglais sur l’image ne sont pas connus. Mais l’acteur dont je parlais s’appellait Dirk Bogarde…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal