Capteur #156

Capteur 156 avec un photographe breton new-yorkais, des californiens japonais et un américain… américain, mais toujours pas de quiz ciné photo ! Pas même américain.

 

pont roulant (peu) - cc by-sa manu'pintor - fév.21

pont roulant (peu) – cc by-sa manu’pintor – fév.21

 

Ξ Je vous en ai parlé il y a quelques capteurs, le blog “L’intervalle” de Fabien Ribery est une vraie mine d’or.

Je m’y suis abonné au flux RSS (ça y est, du chinois !) et pas un jour où je ne plonge dans un de ses articles qu’il soit sur un⋅e photographe ou autre.

Un des derniers vus est celui sur Jean Bizien, à propos de son livre New York, Années 1950 chez Filigranes Editions et L’Imagerie de Lannion.

 

Jean Bizien

Jean Bizien (un petit air de Sam Shepard, trouvez pas ?)

Et donc un livre à acheter et/ou à offrir !

 

Page de garde du libre

📸

Ξ Bonne nouvelle, Arte reprend sa “série” Instantané d’histoire.

Je crois l’avoir déjà évoquée ici. 25 à 30 minutes de photos et films amateurs sur une histoire personnelle, des images documentaires d’époques, d’histoires de vie, voire d’Histoire, et d’endroits.

Et chaque fois, ça met aussi en lumière un épisode qui, au delà de l’histoire personnelle contée, illustre un pan d’histoire du XXème siècle.

Là, c’est l’histoire d’une famille de citoyenneté américaine d’origine japonaise qui s’est faite internée pendant 3 ans, après l’attaque de Pearl Harbor… Comme 120 000 autres américains d’origine japonaise.

 

📸

 

Ξ Trouvé, pas perdu, Found, Not Lost en VO est le titre d’un nouveau recueil de photos d’Elliott Erwitt. Que des photos jusqu’alors jamais montrées.

Imagine, at ninety-two years old, turning back to the thousands of photographs made throughout the many chapters of your career and, on second and third glance, discovering a significance in those images that you missed when you first saw them a few lifetimes ago.

This is precisely what happened to Elliott Erwitt when, during an exhaustive inventory of his archive, he became aware of a new, unfamiliar heartbeat animating his older work.

C’est ce que nous en dit le site de Magnum, ou en français :

Imaginez, à 92 ans, que vous reveniez sur les milliers de photographies réalisées au cours des nombreux chapitres de votre carrière et que, au deuxième et troisième coup d’œil, vous découvriez dans ces images une signification qui vous a échappé lorsque vous les avez vues pour la première fois il y a quelques vies.

C’est précisément ce qui est arrivé à Elliott Erwitt lorsque, au cours d’un inventaire exhaustif de ses archives, il a pris conscience d’un nouveau battement de cœur, peu familier, qui animait son œuvre plus ancienne.

 Elliott Erwitt New York City. USA. 1955. © Elliott Erwitt | Magnum Photos

Elliott Erwitt New York City. USA. 1955. © Elliott Erwitt | Magnum Photos

Et c’est juste magnifique !

📸
S’abonner aux commentaires
Notifier de
3 Commentaires
Feedbacks en ligne
Voir tous les commentaires
karine
Il y a 1 mois

oui, magnifique le travail d’Elliott ! Merci Manu

Il y a 1 mois

Merci Manu pour ces infos.
je suis abonné au blog de F Ribery mais je ne prends pas le temps de lire les articles ;-(
les liens d’arte ne fonctionnent plus et je ne trouve rien sur leur site avec “instantané d’histoire”.
La bisette, A.

Défiler vers le haut
3
0
Pourquoi ne pas laisser un avis ou un commentaire ?x
()
x