Capteur #144

Confinement ou pas, capteur ! Ha ha ! Du photographe, de l’histoire, du grenier de grand-père, du quiz. Pas de quoi tenir un mois, mais ça sera déjà ça !

cabriolet en plein air #1 - cc by-sa <a href=https://lepassepartout.fr>manu'pintor</a> - sept.20

cabriolet en plein air #1 – cc by-sa manu’pintor – sept.20

Ξ Dorothea Lange fait toujours parler d’elle, son fonds photographique est disponible en ligne grâce au Musée de Californie d’Oakland.

Une très grande dame de la photographie du XXème siècle, on connaît tous nombre de ses œuvres, notamment de la grande dépression du début de siècle.

White Angel Bread Line, San Francisco San Francisco, CA, 1933 © The Dorothea Lange Collection, the Oakland Museum of California.

White Angel Bread Line, San Francisco San Francisco, CA, 1933 © The Dorothea Lange Collection, the Oakland Museum of California.

Arte lui a consacré un petit documentaire de 13 minutes, en complément de toutes ces belles œuvres à voir sur le site du musée d’Oakland.

Merci à Joël pour l’info !

📸

 

Ξ Autre info de l’ami Joël, une nouvelle revue semestrielle papier et en ligne : Photographica dont le 1er numéro est paru cette année.

Couverture du 1er numéro de Photographica

Il faut s’accrocher un peu, c’est plutôt intellectuel et nettement versé sur l’histoire de la photographie, mais bien intéressant à bien des égards.

📸

 

Ξ Et encore une découverte dans un grenier ! Ça n’arrête pas, voir le précédent capteur, et bien entendu “l’affaire Maier”.

Et quelque chose me dit qu’on en sortira à la pelle des photographes inconnu⋅e⋅s, oublié⋅e⋅s, qui auront produit de leur vivant des trucs sympas, et qui restent aujourd’hui de belles réalisations tout en renvoyant à une certaine “nostalgie” (sans trop de pathos, mais quand même sûrement pour certain⋅e⋅s).

An Attic full of trains, (Un grenier plein de trains en français) est donc ce mystérieux “trésor” photographique d’Alberto di Lenardo, trouvé presque par hasard par sa petite-fille Carlotta lors d’un déjeuner en famille dans le Frioul (Udine), alors qu’elle en profitait pour explorer le grenier de la maison de ses grands-parents.

C’est donc maintenant une sélection de ces travaux présentés dans un livre. Bon…

Alors au delà de l’aspect économique de la question, après tout on peut essayer de ne considérer que l’aspect artistique de l’œuvre, il y a aussi cette dimension, me semble-t-il, relevée justement dans l ‘éditorial de Générations photographiques par Éléonore Challine et Paul-Louis Roubert dans le Photographica n°1 :

[…] Car dans les archives et les sources, qu’elles soient photographiques ou non, n’est-ce pas toujours un peu de nous-mêmes que nous mettons, et un soupçon de ce que d’autres avant nous ont perçu ?

 

© Alberto di Lenardo, courtesy the estate of the artist and Mack

© Alberto di Lenardo

📸

 

Ξ Hé hé hé… l’indice était au dessus de la photo extraite du film dans le dernier capteur : “Ou tu pars à la dérive sur ton radeau ?”

Et j’en ai mis aussi en commentaire !

Radeau ? Thor ?… Kon-tiki ! Et oui, le film de 2012 de Joachim Rønning, Espen Sandberg avec Pål Sverre Valheim Hagen, Anders Baasmo Christiansen, Gustaf Skarsgård… passé il n’y a pas très longtemps sur Arte.

Cette fois-ci, je rebondis sur un propos, juste un tout petit peu excessif (si si…) du président de notre république au sujet du déploiement de la 5G en France, auquel il semble tenir comme fer… Mais oui, tu sais bien… des gens vêtus de noir, avec des chapeaux de paille, qui vivent soit-disant comme au moyen-âge… Et l’acteur, de dos sur la photo, porte le même nom que ce vieil entrepreneur américain qui doit bien être aussi dans les petits papiers du même président.

Hé ! si c’est pas des indices ça !…

📸

Commentaires ( 2 )

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

 

Défiler vers le haut