Capteur #111

Capteur 111 comme le trident de Neptune, dieu de la mer des romains antiques. Ça tombe bien, j’en reviens (de la mer)… Quelques nouvelles après un Été Photographique Lectourois bien décevant.

cc by-sa manu'pintor - Cerbère juillet 19

cc by-sa manu’pintor – Cerbère juillet 19

Ξ La citation pour une minute de réflexion, peut-être…

Mon propre souvenir est capturé au moment même où je prends la photo. C’est finalement l’appareil qui me sert de mémoire.

Nobuyoshi Araki

Ξ Une fois n’est pas coutume, et c’est bien parce que le sujet du concours m’a amusé que je relais cette info. Autrement, vous savez déjà un peu ce que je pense des concours photo…. Plus d’infos en cliquant sur l’affiche.

Affiche concours photo 2019 Lieux Insolites

Ξ Puisqu’on parle d’insolite, et de flotte… Cette vidéo avait été projetée à la fin de la 1ère soirée de projection du festival imageSingulières de Sète cette année, elle nous avait bien fait marrer…

Tu sauterais ? Ou tu te dégonflerais ?

Notre objectif en réalisant ce film était en quelque sorte une expérience psychologique : nous avons cherché à capturer des personnes confrontées à une situation difficile, à faire le portrait d’humains dans le doute. Nous avons tous vu des acteurs jouer le doute dans des films de fiction, mais nous avons peu d’images vraies de ce sentiment dans les documentaires. Pour les réaliser, nous avons décidé de mettre les gens dans une situation assez puissante pour ne pas avoir besoin d’un cadre narratif classique. Un plongeon haut semblait être le scénario parfait.

Grâce à une publicité en ligne, nous avons trouvé 67 personnes qui n’avaient jamais été sur une tour de plongée de 10 mètres (environ 33 pieds) auparavant, et qui n’avaient jamais sauté de cette hauteur. Nous avons payé à chacun d’eux l’équivalent d’environ 30 $ pour participer – ce qui signifiait grimper jusqu’au plongeoir et marcher jusqu’à son bord. Nous étions aussi intéressés par les gens qui ont décidé de redescendre que ceux qui ont sauté.

Nous avons tout filmé avec six caméras et plusieurs microphones. Il était important pour nous de ne pas cacher le fait qu’il s’agissait d’une situation arrangée, et nous avons donc choisi de montrer les microphones dans le cadre. En fin de compte, environ 70 pour cent de ceux qui ont grimpé ont sauté. Nous avons remarqué que la présence de la caméra ainsi que la pression sociale (de ceux qui attendent leur tour au bord de la piscine) poussent certains participants à sauter, ce qui rend leur comportement encore plus intéressant.

Dans nos films, que nous appelons souvent des études, nous voulons dépeindre le comportement humain, plutôt que de raconter nos propres histoires à ce sujet. Nous espérons qu’il en résultera une série de références significatives, sous forme d’images en mouvement. « Ten Meter Tower » peut se dérouler en Suède, mais nous pensons qu’il élucide quelque chose d’essentiellement humain, qui transcende la culture et les origines. Surmonter nos impulsions les plus prudentes par la bravoure unit toute l’humanité. C’est quelque chose qui nous a façonnés à travers les âges.


Maximilien Van Aertryck et Axel Danielson sont des documentaristes basés à Göteborg, en Suède, qui travaillent ensemble depuis 2013.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Ξ OK ! The Rider (2017) de Chloé Zhao avec Brady Jandreau, Tim Jandreau, Lilly Jandreau (oui, presque ? toute la famille) n’a été vu que par moi ! 😆

Carrément super facile cette fois-ci !

Commentaires ( 3 )

    • CHOCHON ARNAUD dit :

      Salut l’ami !
      merci pour la vidéo de la piscine projeté à Sète. On m’en bcp parlé ! je vais voir ça bientôt donc ;-*)
      je vais participer au concours lieux insolites avec mes piscines vides, on verra bien… j’avais vu cet appel sur Polka.
      la bisette et à bientôt j’espère !

    • manu' dit :

      Pourquoi pas ?… J’avoue que je n’avais pas assez prêté attention au fait que c’est l’andra qui co-organise ce concours…

      A travers ce concours, l’Andra souhaite notamment poser la question de la conservation des traces de notre époque pour les transmettre aux générations futures. Une question qui fait sens au regard de la problématique de l’Andra de préservation de la mémoire des centres de stockage de déchets radioactifs.

      Tu m’étonnes Charlton ! Pas qu’un petit sujet…
      C’est une question qui se posait déjà il y a plus de 40 ans, et je doute qu’il y ait eu de vraies réponses depuis… Et là on parle de 10aines de milliers d’années, sinon plus. Mais même avant ça, si l’humanité parvient à résister à sa propre disparition d’ici là, dans quelques centaines d’années comment gèrera-t-elle ce cadeau ? Pas avec des photos, je crois pas… 😉

    • manu' dit :

      Personne pour répondre à ce quiz ?

      Un indice alors !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *