[…] il me suffisait de dégrafer mes paupières dans le viseur, de cadrer à travers le verre dépoli pour qu’une joie immense s’empare de mon être en provoquant une ivresse à la fois visuelle et mentale.

Claude Nori – Un photographe amoureux (éditions contrejour)

Commentaires ( 0 )

    Laisser un commentaire

    Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *